当システム
  詳細検索
Japanese | English 

Nara Women's University Digital Information Repository > 040 大学院人間文化研究科 > 人間文化研究科年報 > 第33号 >

このアイテムのファイル:

ファイル 記述 サイズ形式
AN10065983V33pp1-15.pdf1.42 MBAdobe PDF見る/開く
タイトル: ラシーヌ『イフィジェニー』における劇作術
その他のタイトル: Dramaturgie dans "Iphigénie" de Racine
著者: 大田, 文代
著者(別表記) : Ota, Fumiyo
著者読み: おおた, ふみよ
キーワード: ラシーヌ; 劇作術; 神託
発行日: 2018年 3月31日
出版者: 奈良女子大学大学院人間文化研究科
引用: 大田文代:人間文化研究科年報(奈良女子大学大学院人間文化研究科), 第33号, pp.1-16
抄録: La tragédie de Racine, Iphigénie, s’origine dans Iphigénie à Aulis d’Euripide. Racine construit cette pièce de théâtre selon les normes dramatiques du XVIIe siècle. Pour élaborer le plan de cette tragédie, il est fidèle autant que possible à la vraisemblance de cette époque au lieu du merveilleux de la tragédie grecque. Nous examinons d’abord cette tragédie du point de vue de la construction de l’intrigue. Nous considérons que Racine combine les fonctions de deux oracles dans Iphigénie : l’oracle d’Agamemnon comme intrigue principale et l’oracle d’Ériphile comme intrigue secondaire, et qu’il explique le mystère en synthétisant les deux oracles au dénouement. Dans l’intrigue principale, l’oracle demande à Agamemnon de sacrifier « Une Fille du sang d’Hélène », c’est-à-dire de mettre à mort Iphigénie pour s’armer contre Troie. Agamemnon hésite entre deux possibilités : la mort d’Iphigénie qui ferait de lui un roi honorable ou sa dénégation pour le père affectueux qu’il est. Pour sauver la vie d’Iphigénie, Clytemnestre, Achille et Iphigénie engagent une discussion avec Agamemnon. Mais Iphigénie seule se propose pour le sacrifice, parce qu’elle est tendre, soumise, d’une grande piété filiale et respectueuse de son père. La tirade d’Iphigénie est notamment employée toute une ingénieuse rhétorique traditionnelle. Racine oppose ces discussions dialoguées au monologue d’Agamemnon dans lequel il exprime son dilemme. Dans l’intrigue secondaire, l’oracle s’est rendu à Ériphile : quand elle veux chercher le sang, elle ne le peut connaître sans périr. Racine forme le personnage d’Iphigénie en opposition avec celui d’Ériphile : « l’aimable Iphigénie » et « la triste Ériphile », la douceur face à la fureur jalouse. Mais cette opposition masque une véritable ressemblance. Les deux jeunes filles sont liées parce qu’elles ne sont qu’une par le dédoublement. Ainsi, Racine monte son intrigue pour faire en sort de sacrifier Ériphile au lieu d’Iphigénie. Le résultat est que l’union de la reconnaissance de l’identité d’Ériphile et de la mort de celle-ci constitue la péripétie. Il réalise donc son idée de tragédie comme celles de l’Antiquité surtout l’Œdipe de Sophocle. En plus, Racine construit sa tragédie en rationalisant le merveilleux. Il est donc manifeste que le dénouement de la pièce doit provenir de la pièce même, et non point du secours d’une machine. En fait, il écrit Iphigénie dans le sens d’une leçon d’antiquité, contre l’opéra de Quinault et de Lully qui se servent de « Deus ex machina » dans leur construction. Racine veut démontrer que « la tragédie parlée » est authentiquement l’héritière de la tragédie grecque. Il se fait gloire d’avoir suivi très exactement Euripide, à l’exception du dénouement et de l’avoir adapté au public du XVIIe siècle.
URI: http://hdl.handle.net/10935/4672
ISSN: 09132201
出現コレクション:第33号

このアイテムの引用には次の識別子を使用してください: http://hdl.handle.net/10935/4672

当システムに保管されているアイテムはすべて著作権により保護されています。

 

Valid XHTML 1.0! DSpace Software Copyright © 2002-2006 MIT and Hewlett-Packard - ご意見をお寄せください